C’est pas un régime frangine, it’s a new way of life.


#.

A l’heure où j’écris ces lignes, j’attends que des cookies façon paléo aient fini de cuire. Tu n’as peut-être pas tout compris à la phrase qui précède et c’est normal.

Cet article inaugure une nouvelle rubrique sur ce blog : « Fiqh el-Kerch« . Je tenterais, modestement et avec les moyens qui sont miens, d’éveiller une prise de conscience au niveau du rapport à notre frigo. Le premier d’une longue série, inshâ’a Llâh.

* Flash back quelques mois plus tôt. *

Je n’ai pas appris à manger.

J’ai appris à me rassasier mais non à manger selon les besoins de mon organisme. Bon, être trop pessimiste serait ingrat. J’ai eu la chance d’avoir une mère qui a toujours privilégié les produits frais à tout le reste. Jamais de plats préparés, de purée en poudre, de frites en sachets, de salades en boîte ou tout autre chose qui nécessite un micro-ondes. Néanmoins, j’estime qu’on peut mieux faire.

Si je te conte ce passage absolument passionnant de mon existence, c’est qu’il y a eu un voire des milliards de changements… (Moi ? Exagérer ?)

Je ne sais plus exactement ce qui a constitué mon déclic premier : le sport, les reportages sur l’industrie alimentaire ou des articles piochés sur le net ? Qu’importe leur ordre, ils ont tous contribué à mon « wake upage kerchique » (ça veut dire éveil du ventre, quelque part dans ma tête). J’aimais ce que j’avais l’habitude de manger mais je ne me sentais pas super bien. Et un jour, je me suis dis : « Allé petite extrémiste, aies une réelle discussion avec ton frigo. »

De reportage en reportage, d’article en article, de découverte en découverte, je voyais mon monde s’effriter. Le constat était sans équivoque : ma vie est fichue, je ne pourrais plus manger quoi que ce soit. On est encerclés les gars ! Partout des additifs, partout de l’huile de palme, partout des OGM, partout du sucre raffiné, partout du gluten, partout le M A L.

J’ai soulé tout mon entourage avec des étoiles de révolte dans les yeux. Une amie emballée en particulier. Ma chère laïcarde, si tu me lis, saches que je suis désolée de te prendre pour mon journal de bord. (même si je sais que t’aimes ça.)

Petit tour d’horizon de mes découvertes :

Avant de commencer cette visite, il faut savoir que tout a été pensé pour booster la production, les résultats en terme de quantité.

La viande ?

Gros doute sur le fait de notre réelle consommation halal donc licite. Mais bon, ça, on le savait déjà un peu. Des bêtes entassées, nourries aux céréales pleines de crasses, bourrées d’antibiotiques, qui ne peuvent vivre que pour être consommée, à la chaine. Qui meurent pour satisfaire la consommation du petit occidental bien trop nombriliste pour penser à autre chose qu’à lui-même.

42 millions de tonnes. Ce n’est fort heureusement pas mon poids mais la quantité de viande produite par an en Europe. Ça se passe de commentaires.

16 kg de céréales. C’est ce qu’il faut pour produire 1 vulgaire kilo de viande. Du coup, on délocalise les plantations pour produire en masse et à moindre coût. Du coup bis, on impose à des populations pauvres les effluves de produits toxiques avec tout ce que ça comporte comme méfaits.

Les maghrébins en sont particulièrement accros. C’est une grande histoire de love. Un plat sans viande et c’est le putsch à la maison. Fais le compte de ta consommation hebdomadaire. Quoi ? 6 fois sur 7 ?

Info expresse pour toi : Consommer plus de 300g de viande par semaine fait de nous un membre du groupe à risque. Car cet excès en matière de carnivorisme implique des conséquences qui n’apportent pas la joie dans ton cœur. Le bug, c’est que c’est considéré comme étant un signe de richesse. On mange de la viande quand on a de l’argent. Tu as déjà vu un éthiopien devant un rôti ? Non. Même en Asie, continent où la consommation de poisson a prôné jusqu’à il y a peu, on observe les effets néfastes de ce changement de comportement alimentaire. Nous sommes encerclés, je te l’ai dis.

Le poisson ?

Nourri aux farines animales et élevé en masse. Contaminé lui aussi. Ils n’ont même pas laissé mon cher saumon tranquille. Conséquence de cette surproduction : 7 des 10 espèces les plus consommées sont au bord du dépeuplement. Bah oui, on pêche beaucoup plus qu’on ne devrait.

Le lait ?

Tu as déjà goûté du réel lait de vache, tout juste sorti du pis, bien chaud et fumant ? Si ta réponse est non, sache que le jour où tu franchiras ce cap, tu ne verras plus le lait de la même manière. Au-delà de la propagande de l’industrie laitière pour nous pousser à consommer plus qu’il n’en faut, il y a de réelles questions à se poser.

Dans les années 50, une vache donnait 6 litres de lait par jour. On en est à 40 aujourd’hui. Le veau, sous-produit de l’industrie laitière, est séparé de sa mère à la naissance, ce qui crée un stress intense et à la maman vache, et au bébé veau. Ces quelques informations ne sont que des bribes de la situation réelle.

way

Les œufs ?

Pareil que les autres catégories, la poule ne sert que pour ses œufs. Poussins femelles séparés des mâles (qui eux seront broyés ou asphyxiés au gaz, selon leur destin), placées dans des immenses entrepôt, vaccinées puis bec coupé pour qu’elles ne se picorent pas entre elles. Là, elles pondront œuf sur œuf jusqu’à finir dans un abattoir, quand sa production déclinera. Comme récit biographique, on a connu mieux.

Tu peux en savoir plus ici, ici et ici.

Les fruits et légumes ?

Dans les rayons de n’importe quel supermarché, les saisons n’existent plus. On ne mange plus une tomate, on mange le concept de la tomate. L’emballage est là mais l’intérieur est une autre histoire. Profusion à l’excès. On ne supporte plus de ne pas avoir le choix. Il nous faut de tout et toute l’année. Sans dommages collatéraux ? Bien sur que si, tu t’en doutes bien.

Les produits transformés ?

Soit à peu près tout ce que j’aime manger devant un épisode de Dexter, c’est exit. Je me suis rarement voire jamais posée devant mon écran avec des carottes rappées et du yaourt sans sucre. Et mon instinct me dis que toi non plus.

Pour réaliser tout ça, j’ai d’abord lu a peu près 20 millions d’articles pour me mettre dans l’ambiance (exagération algérienne, bonsoir.) à la suite de quoi, j’ai du cibler ma ligne de départ : Par quoi je commence ?

Tout te dire en un article est un peu fastidieux. Je suis gentille mais pas trop. Il te faudra donc passer toi aussi par cette ingestion de documentaires, articles, … Bon app, l’ami !

*

Étape 1 :
Je ne peux plus manger comme je mangeais donc je m’astreins au max. Je me nourris de yaourt aux flocons d’avoine tel un étalon en pleine croissance, aux concombres et basta.

Étape 2 :
Bon… ça ne va pas le faire. Changeons de tactique. Je ne pèse pas 300 kg, mon régime alimentaire actuel ne se limite pas aux coca zéro et aux big fish. Qu’est-ce que je mangeais et que je peux encore manger ?

Une des phases que tu dois absolument éviter c’est celle qui te fait penser que tu ne peux plus RIEN manger. Que tu dois prendre un virage à 800 degrés pour être une fille bien. Je suis passée par là avant toi (Attends, laisse moi kiffer ce moment… Voilà.), c’est le craquage assuré. Tu tiendras peut-être une semaine puis tu te rueras vers ton rayon de produits transformés préféré pour faire le plein.

Tu te demandes peut-être pourquoi j’ai fais tout ça.

Mon but n’était pas de manger uniquement pour me faire des abdos de boxeuse, comme une pure égoïste qu’on me pousse à devenir. Je voulais être juste dans mes choix alimentaires et finalement tendre vers un réel « halal »… Et non son concept, vidé de toute éthique. Quand on sait que les invocations du croyant sont acceptées si son estomac contient des aliments licites, on se dit qu’on ferait sans doute mieux de se poser 3 minutes et d’y réfléchir concrètement.

Le problème, c’est que dans tous les domaines de l’Islam, du Tawhid en passant par l’alimentaire licite, on a laissé une coquille aux gens. Ça ressemble à l’Islam mais ça n’est pas l’Islam. Ça ressemble à du halal parce qu’on a dit bismiLlah avant de tuer la bête (quand on a de la chance) mais cette même bête a passé 50 jours à vivre dans ses excréments, engraissée comme une oie, avec ses 4000 camarades sans voir la lumière du jour. Halal, vous dites ?

Quand j’ai vu les conditions dans lesquelles on élevait le poulet que je voyais rôti dans mon assiette, ça m’a coupé l’appétit.

Avais-je encore un minimum de rahmâ à manger ce poulet qui n’a jamais vu la lumière du jour et qui, grossissant trop vite, s’écroule sous le poids de ce corps qu’il n’arrive plus à porter ?
Définitivement non.

Parce qu’au final mon corps c’est aussi un peu mon ami, le temps d’une vie. Et quand on réfléchit bien, ce serait injuste de lui demander d’être parfait dans une guêpière puis l’oublier le reste du temps.

Qui plus est, j’avais tout à y gagner : une meilleure condition physique et donc de meilleures performances spirituelles. Un corps sain qui pourrait enfin permettre à mon âme de grandir tout aussi sainement. Exit les maladies chelous contre lesquelles on nous refourgue 400 vaccins.

J’avais aussi un autre but, plus essentiel : m’exercer à gérer ce que j’ingère pour une meilleure gestion générale. Un self-control plus solide, un juste milieu mieux illustré. Bref, a new way of life.

Je n’en ai pas fini avec toi. La suite arrivera… Restes donc aux aguets jeune padawan.

Peace sur toi.

S.

Publicités

15 réflexions sur “C’est pas un régime frangine, it’s a new way of life.

  1. Salam Aleykoum Wa Rahmatullâh!

    Génial, génial, génial cet article!!enfin pas ce que l’on fait aux bêtes hein :(( mais qu’Allâh te récompense pour nous faire partager cet appel d’éveil de conscience qui je l’espère nous profitera Inshâ Allâh! j’ai hâte de lire la suite Inshâ Allâh :)
    Wassalâm

    J'aime

  2. RE!
    Salam Aleykoum Wa Rahmatullâh,

    Je suis vraiment contente que tu introduises ce nouveau thème sur ton blog qui sera j’en suis sûre aussi riche que complet car il englobe l’aspect santé, physique et spirituel avec une vraie éthique musulmane, le vrai consommer hallal Inshâ Allâh.
    Je repensais à ton article hier au soir et je demandais à Allâh qu’ILfasse que je retire du bon de tes articles et qu’IL fasse qu’un changement s’opère en moi, car le constat est clair: je mange trop, je mange mal, sucré, salé, gras, viande Avs mais qui me dit qu’elle est bien traitée en amont pour autant?! trop de viande, des oeufs par paquets de 30(dc les catégories 3..) et la liste est longue! bon je t’écris ça et je viens de piocher généreusement dans ma boîte de Halva pistache à mille calories la cuillère à café ^^, mais j’ai vraiment envie que tes articles éveillent ma conscience et me permettent de prendre de nouvelles meilleures habitudes Inshâ Allâh.
    Concrètement j’espère que tu nous écriras quels produits précis consommes tu ou ne consommes tu plus? une journée type alimentaire, des recettes, où achètes tu ton alimentaire etc?
    Et ce matin j’ai pris cela comme un signe: ma voisine sonne chez moi et m’apporte une grosse courge ainsi que d’autres légumes. Elle m’explique qu’elle en a marre de manger des fruits de supermarché sans saveurs et pas éthiques du tout et qu’à présent ils achètent leurs fruits et légumes chez un agriculteur pas loin de chez moi, ils font eux mêmes la cueillette de ce qu’ils souhaitent avec des fruits et légumes de saison. Mashâ Allâh, je me suis dis: c’est un signe ça!
    Le début du changement Inshâ Allâh ;)
    Wassalâm

    J'aime

    • wa’aleyki salâm wa rahmatuLLâh wa barakatuH,

      La première étape est certainement la prise de conscience ainsi qu’une certaine culpabilité et amertume qui l’accompagnent. Ne te suicides pas, tout n’est pas encore perdu !

      Ce que tu te demandes m’oriente dans la manière d’aborder la suite car je t’avoue ne pas savoir exactement par quoi commencer, que présenter en premier lieu ect donc recevoir des demandes claires m’aident pas mal… J’ai reçu une demande de « coaching » ou de programme de groupe. Je dois encore réfléchir par rapport à mes compétences là-dedans car parler de mon cheminement perso, donner quelques conseils est une chose, prendre en charge un groupe de personne, une toute autre affaire ! A voir… Qu’en penses-tu ?

      Pour rebondir sur ce que tu dis, je ne mangeais pas forcément mal mais, étant très gourmande, j’avais tendance à vite piocher dans le sucré. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’être une mutante et ça me fait kiffer :D on est fort ignorants par rapport à ce sujet alors qu’on pratique le mangeage tous les jours ! Une poignée d’info et petit à petit, les changements s’opèrent.

      J’espère que les « signes » ne cesseront d’apparaitre à toi pour que tu puisses débarrasser ton corps de tout ça et ne lui donner que le meilleur : )

      J'aime

      • Salam Aleykoum Wa Rahmatullâh,

        Inshâ Allâh!
        Je comprends cette satisfaction intérieure que tu commences à ressentir en te sentant « mutante », c’est en fait le combat de toute une vie, dominer son nafs et actifier ses intentions profondes, Mashâ Allâh, qu’Allâh te récompense pour cela car ça n’est pas rien de dominer ses penchants passionnels alimentaires dans une société où il y a un choix à ne plus savoir où donner de la tête et où tout est fait pour surconsommer et mal et nous aveugler en fait, « bouffer » pour aveugler sa raison.
        Et la place de la nourriture dans l’Islam, ça n’est pas un détail, c’est clair! on voit bien dans quel état spirituel on est lorsque l’on mange trop, et comme tu dis , le hallal est une toute éthique qui nécessite une réflexion très approfondie et une nouvelle manière d’aborder les choses pour être cohérentes avec nos principes Inshâ Allâh.
        Pour le coaching, je ne sais pas trop, à toi de voir si tu as les compétences requises pour.
        Je pense déjà que tes articles vont être nombreux , variés et approfondis sur le sujet et qu’ils sont en soi une espèce de coaching donc que pourrais tu faire de plus en coaching de groupe?
        Au plaisir de te lire
        Wassalâm

        J'aime

  3. Salam aleykoum ! je suis justement en plein questionnement au sujet de notre alimentation. Je suis dans la phase où tu sais que ce que tu mange est mauvais pour toi autant que pour les animaux et l’environnement mais où tu ne sais pas comment entamer ce virage et à 180° et changer tes habitudes de consommation. J’ai hâte de lire la suite !

    J'aime

    • wa’aleyki salâm !

      Heureuse de le lire :D

      Je suis en train de réfléchir à comment agencer la suite… Assez contente de voir des réactions, des demandes, des questionnements, ça annonce du bon bi idniLlâh !

      J'aime

  4. Salam aleikoum! Je suis ravie de voir cet article , décidément j’aime vraiment ta plume (ou clavier :) ) , depuis peu j’essaie comme toi d’entreprendre ce virage pour avoir une alimentation consciente et saine alors j’attend avec impatience la suite et je te dis un grand merci! Il est plus que temps d’ouvrir les yeux et de nous réformer pour avoir une alimentation vraiment halal! Avec tout le confort qu’on, c’est un jihad à mener…

    J'aime

    • wa’aleykoum assalâm !

      Mon clavier azerty te dit qu’il t’aime aussi :D

      C’est cool d’être plusieurs dans le même délire, ça rend le truc plus riche !

      N’hésite pas à réagir aux articles qui arrivent : )

      J'aime

  5. Pingback: Ramadan s’en va. Et maintenant, on fait quoi ? | One way to ihsân.

  6. Pingback: Le sucre, ce chiite. | One way to ihsân.

  7. Asalam alaikum !

    Soubannallah ! Votre article dépeint mot pour mot mon ressenti sur le Halal. Je retiens tout spécialement ce passage :

    « Mon but n’était pas de manger uniquement pour me faire des abdos de boxeuse, comme une pure égoïste qu’on me pousse à devenir. Je voulais être juste dans mes choix alimentaires et finalement tendre vers un réel « halal »… Et non son concept, vidé de toute éthique. Quand on sait que les invocations du croyant sont acceptées si son estomac contient des aliments licites, on se dit qu’on ferait sans doute mieux de se poser 3 minutes et d’y réfléchir concrètement.

    Le problème, c’est que dans tous les domaines de l’Islam, du Tawhid en passant par l’alimentaire licite, on a laissé une coquille aux gens. Ça ressemble à l’Islam mais ça n’est pas l’Islam. Ça ressemble à du halal parce qu’on a dit bismiLlah avant de tuer la bête (quand on a de la chance) mais cette même bête a passé 50 jours à vivre dans ses excréments, engraissée comme une oie, avec ses 4000 camarades sans voir la lumière du jour. Halal, vous dites ?

    Quand j’ai vu les conditions dans lesquelles on élevait le poulet que je voyais rôti dans mon assiette, ça m’a coupé l’appétit.

    Avais-je encore un minimum de rahmâ à manger ce poulet qui n’a jamais vu la lumière du jour et qui, grossissant trop vite, s’écroule sous le poids de ce corps qu’il n’arrive plus à porter ?
    Définitivement non. »

    Les musulmans devraient se souvenir que le Prophète (Paix soit sur lui) était lui-même loin de manger de la viande chaque jour ni même chaque semaine (voire mois). Même chose pour sa famille et l’ensemble des compagnons (Qu’Allah soit satisfait de chacun d’entre eux et elles).

    Croyons-nous que nous méritons autre chose ?

    { Mangez et buvez mais ne gaspillez pas. }
    [ Sourate 7 – Verset 31 ]

    Dans le même sens, le Prophète a dit :

    « Le Diable peut circuler dans (votre) sang, alors rendez-lui les veines étroites (inaccessibles) par la faim. »

    L’idée n’est pas de s’affamer mais d’être modérés et de sentir sa faim pour savoir quand manger et quand ne pas manger. Trop manger endort le cœur et c’est dangereux pour sa Foi.

    Connaître la faim développe notre compassion et nous ouvre les yeux sur bien des choses. Nous sommes alors comme éveillés.

    Notre religion nous enseigne la modération, la justice ET la compassion envers les animaux. Les animaux ont des droits, oui !

    Notre religion nous demande de REFLECHIR. Nos actes ont une signification et en Islam doivent être toujours un moyen d’adorer Allah. Ce pourquoi nous disons BismiAllah et AlhamduleAllah avant toute chose, manger et boire inclus.

    Est-ce que nous adorons Allah en maltraitant ses créations et en détruisant l’environnement pour subvenir à nos envies en viande 6 jours sur 7 ?

    Cela n’engendre que :

    – Egoïsme
    – Perte des saveurs : manger pour manger, sans goût et sans spiritualité
    – Fainéantise
    – Insensibilité
    – et donc … peu à peu … perte de sa Foi

    Sourate 46 verset 20 dit :
    « …..Vous avez dilapidé vos biens dans votre vie de là-bas, et vous en avez tiré jouissance temporaire ; on vous paie donc aujourd’hui, en châtiment d’avilissement, pour l’orgueil dont vous vous enfliez sans droit sur terre, ainsi que pour la perversité que vous pratiquiez. »

    Il y a tellement à changer dans nos habitudes alimentaires ! Nous mangeons trop, sans même réfléchir sur ce que nous mangeons et avec une force tendance à manger non plus « food but food like ». C’est-à-dire à ne plus cuisiner mais à manger des saletés industrielles qui ressemblent à de la nourriture … Quel culte rendu à la Dounya ! Vraiment ! Manger des produits transformés comme pour s’éloigner encore plus de la simplicité de la Nature (une miséricorde d’Allah) et donc faire fonctionner un système économique injuste à la place.

    Personnellement, comme vous, je ne peux plus. Songer à la souffrance subie par l’animal me coupe l’appétit. Cela reviendrait pour moi à manger de la tristesse en steak.

    Je terminerai en disant que celui qui mange sans morale ni limite n’est pas aimé d’Allah :

    Allah dit dans le Coran sourate Al- A’ raf verset 31 :

    « O Enfants d’Adam, lors de chaque Office, prenez votre parure. Et mangez et buvez, mais pas d’excès ! Il n’aime pas les excessifs ».

    Et le Prophète (bdsl) a dit :

    « Le fils d’Adam ne remplit pas d’excipient plus mauvais que l’estomac ; pour le fils d’Adam quelques bouchées sont suffisantes pour le maintenir debout. Si vous devez le remplir, alors un tiers pour la nourriture, un tiers pour la boisson et un tiers pour l’air. » (At-Thirmidi)

    Mais aussi rappelons nous de cette parole sage de Omar ibn Al-Khatâb (RA) :
    « Evitez la surcharge gastrique, elle est néfaste pour l’organisme, cause des maladies, rend difficile d’effectuer les prières, et je vous conseille de se suffire du nécessaire, c’est plus bénéfique pour l’organisme et ça évite l’excès, et Allah exècre le savant obèse »

    Enfin, Al-Hakim a relaté qu’Abu Juhayfah (RA) a indiqué : Le Messager d’Allah (BDSL) a dit :
    « Plus les personnes mangent de leur bien ce monde, plus elles auront faim le jour de la résurrection »

    Je pourrais poursuivre comme cela longtemps.

    Désolée pour cette tirade, mais ce sujet me prend aux « tripes ».

    Wa Salam,

    P.S : Pour en savoir davantage : http://www.islamreligion.fr/conseils-nourriture-islam/

    J'aime

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s