C’est ce qui arrive.


C’est ce qui arrive aux relations
Qu’on abandonne
Qu’on néglige
Qui tiédissent
Au sein desquelles on ampute l’authenticité d’antan
Fantasmée,
Réelle,
Illusoire.

C’est ce qui arrive aux relations
Désabusées
Par les silences
Les dires qu’on nie
Dans lesquels on rend muet ce qui nous écorche
Par orgueil,
Par abandon,
Par rancune,
Par paresse.

C’est ce qui arrive quand le premier laisse tomber le second
Quand on tient en procès l’autre pour un crime ignoré
De la victime elle-même comme du juré
Les récoltes se tarissent
Les fruits inexistent sinon amers.

C’est cela, mes bons braves, c’est cela !
Et je n’aurais assez d’une vie pour m’y accoutumer !
Que les passionnés se tiennent en veillées funèbres jusqu’aux derniers
Qu’ils s’effacent comme ils ont été créés
Entiers, trop pleins
Qu’ils déposent d’avance des chrysanthèmes sur leur lit d’espoirs vains !

Dans ces fatalités,
Ces rêves alités,
Qui peut contrer l’inéluctable sinon le néant ?
Qui ?

La fin entre alors
Point virgule,
De sa belle robe opaque
Derrière, rien ne s’entrevoit
Elle n’a pas d’ombre
Ne peut se donner elle-même,
Elle s’avorte,
Suspend tout ce qui est à naître,
Se vomit,
S’écaille jusqu’à la dernière plume

Pour qu’enfin ne persiste
Qu’un contenant vide
Qui finira poussières
Et retournera au néant,
À l’Entier.

Publicités

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s