Ce qu’il y a de fondamentalement brutal dans le refus de la visibilité du voile.


#. Les générations qui frôlent, dépassent le quart de siècle ou ont déjà atteint la trentaine ont suivi la recette édictée matin, midi et soir depuis leur intrépide jeunesse. « À l’école, tu étudieras. Des stages, tu multiplieras. Une expérience, tu … Lire la suite

Impure.


#.

« Lucile va rester à la maison avec les p’tites. Hein Lucile ? »

Lucile ça veut dire ‘lumière’. Mes parents m’ont appelée comme ça car c’est que je leur inspirais quand j’étais bébé. Ça vient du latin, lux lucis ou un truc comme ça. Ils étaient naïfs et c’en est presque ironique, ce prénom. M’enfin, ils ne pouvaient pas savoir.

J’me présente, donc. Je m’appelle Lucile.

Je venais d’être condamnée. Aucune échappatoire. Ma vie prenait fin après ces mots.

« Oui… »

Que pouvais-je dire d’autre ? J’étais déjà morte. Lire la suite

Quand tu as vu…


#.

Je ne me réveille pas, tout sueur, en plein milieu de la nuit, comme dans les films, même si mes démons pourraient m’extirper de toutes mes petites morts. Je n’ai pas de flashback à la phénomène Raven malgré les souvenirs qui m’assaillent. Je ne chiale pas au toilette après m’être isolé d’une salle de fête.

Mais j’ai vu, c’est trop tard. Disney, c’est mort. Le papillon qui vole innocemment, aussi. C’est juste mort. La lucidité se présente à toi habillée d’un poing américain et… Tu as vu. Senti. Flairé. Encaissé. Tu ne vois plus trouble mais trop clair. Et chaque plaisir trouve son alter ego de clairvoyance. Tu kiffes mais tu sens le réel arriver, en ricanant. Et même avec un million de plaisirs, tu seras toujours en déficit. Tu ne vis rien sans te préparer au pire. Tu aimerais contrôler… En riant nerveusement. Mais tu ne contrôles rien, tout t’assaille. Tu te lasses, au final. Rien de plus. Tu vogues sur la vie et le scoop devient routine.
Lire la suite