Qu’est-ce que cela coûte, d’être femme ?


#.

Début de semaine, nouvelle cartouche de questionnements. Il est des thèmes qui tournent en musique de fond durant presque toute une existence. Dans un monde où les genres se prennent la main, s’affrontent et se confondent, les redéfinitions ponctuelles semblent vitales.

Peut-on être femme sans être réduite à un organe sexuel ? Peut-on être femme sans être une « fitna » ? Peut-on être femme et être plus qu’un potentiel danger d’honneur bafoué ? Peut-on être plus qu’objet ?

Peut-on être femme et porter des discours qui élèvent ? Peut-on changer le monde ? Peut-on s’exprimer sans subir le rappel du danger que forme notre féminité ? Peut-on être originale et sortir des sentiers battus ? Peut-on être seulement, sans se sentir coupable ?

Peut-on, quand on est femme, ne pas se reconnaître dans la maternité ? Peut-on, au contraire, la vivre comme une harmonie nécessaire ? Peut-on faire nos propres choix en faisant fi de ceux des autres ? Peut-on ne pas être ennemies de nos semblables ? Peut-on dire non ? Peut-on ne pas se sacrifier pour les nôtres ? Peut-on avoir le choix ?

1*K0QOJW4r8SHgKn8ok1Z-4A

Peut-on vouloir se sentir désirables sans risquer le blasphème ? Peut-on initier plutôt qu’accueillir ? Peut-on avoir plus de libido que le sexe contraire ? Peut-on n’y porter aucun attrait ? Peut-on avoir envie ? Peut-on ne pas avoir envie ?

Peut-on être belle, coquette et intelligente à la fois sans qu’aucune de ces facettes ne fassent de l’ombre à une autre ? Sans jamais être réduite à l’une d’elles ? Peut-on être plus intéressée par notre aménagement intérieur que par un trait d’eyeliner ? Peut-on n’avoir d’intérêts que ceux que le monde juge comme désuets ? Peut-on se rebeller ? Peut-on se soumettre ? Peut-on être indifférente ?

Peut-on être seule maitresse de notre apparence ? Peut-on expérimenter nos reflets en toute quiétude ? Quand on est femme, comment survit-on à tout ce qui nous écorche ? Peut-on vivre sans jamais n’être vue comme une catin ou une sainte ? Peut-on avoir des bavures au compteur et compter quand même ? Peut-on décevoir ? Peut-on être déçue ? Peut-on en vouloir ?

Peut-on être plurielle ?
Peut-on être unique ?

Peut-on être encore plus sensible que ce que la légende dit à notre propos ? Et peut-on vivre cette sensibilité sans porter le fardeau qui l’accompagne ? Peut-on abandonner la méfiance qu’on nous enseigne depuis fillette ? Peut-on penser le bien de l’Autre, avant le mal, sans rien risquer ? Quand on est femme, comment aime-t-on un homme ? Peut-on en porter plusieurs au sein de notre cœur ? Peut-on aimer qui bon nous semble ? Peut-on, quand on est femme, aller à contre courant ?

Qu’est-ce que cela coûte, d’être femme ?

Est-ce que cela coûte trop, d’être femme ?

Qu’est-ce que l’on vaut, quand on est femme ?

Cela vaut-il le coût, d’être femme ?

Publicités

3 réflexions sur “Qu’est-ce que cela coûte, d’être femme ?

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s