Ode à la créativité.


#.

Louange à l’Unique qui mît en nos êtres temporaires, des soupçons d’éternité.

Parmi eux, trône la créativité. Ce disciple indomptable. Cet être à la peau ébène. Massif et discret à la fois. Invisible quand la nuit s’y prête, brillant lorsque le soleil se fait maître sur le jour.

La créativité est cette Houri que l’on courtise différemment à chaque rencontre. Tantôt, elle porte cette pudibonderie qu’on fantasme chez les vierges. Elle fait alors sa place au gré des inspirations. S’insinue timidement au creux du ventre. Débute ensuite son ascension fulgurante jusqu’au cœur pour l’étreindre de sa chaleur unique. Tantôt, elle s’impose sans préavis. Sa présence se fait très vite évidence et l’on a d’autre choix que d’être un hôte digne d’elle.

La créativité offre un goût d’infini, elle enivre et délivre de la petitesse de cette vie. D’elle, on peut tirer une pulsion de plus vers l’action, l’état de fait. Elle surprend et sait se faire attendre. On la désire et elle se fait désirer. Une fois qu’elle nous fait largesse de sa présence, on s’en délecte jusqu’à la dernière goutte. Et dès qu’elle s’absente, sa place se fait tristesse.

Quand reviendras-tu, ma muse ?
Combien de temps devrais-je souffrir de cette distance ?

tumblr_l7bqeiY4TD1qcp48fo1_1280-1024x1024

La créativité est en ça, une amante douloureuse. Elle ne ment pas, elle vient telle qu’elle est et s’en va sans procès d’intentions. Elle confronte à la souffrance dans son plus simple apparat… On a alors d’autres choix que de vivre ce sinistre de réel mais si délectable tête-à-tête.

Mais voilà qu’ils disent la créativité se fait vulgaire passion ! Voilà qu’ils l’accusent d’impureté ! Qu’ils la fuient et enjoignent de la fuir. Prenez garde, renégats ! Prenez garde aux passions ! Sans distinction aucune, toutes, ils condamnent.

Ils voudraient te dérober l’objet de tes si exquises délectations.
Rendre néant ce que tu voyais grandiose.

Ils te disent égarée car tu prônes fièrement l’objet de ta passion, impie, corrompatrice mais ce sont les passionnés qui sauvent le monde ! Ce sont les passionnés d’Allâh qui nous ont laissé des montagnes de tomes que l’on peut aujourd’hui feuilleter sans fatigue aucune, ce sont les passionnés qui se sauvent, s’élèvent au-dessus de la pourriture du monde ! Ce sont encore eux qui produisent, inspirent, dominent la médiocrité ! La balayent d’un revers de génie ! Des génies qu’on jugeait fous ! Oui, ce sont eux !

Quelle vie vaut-elle la peine d’être vécue sans cette jouissance qui prend aux tripes ? Sans cette passion élévatrice ? Sans ces expériences spirituelles qui font oublier tous les méfaits des Hommes à l’égard du monde ?

Ni déesse,
Ni idole,
Une bénédiction divine…
Un amour du sublime.

Ce même amour que vous avez sacrifié pour la banalité mortifère et qu’à présent vous reprochez à ceux qui le portent fièrement pour armure ! Ces fous n’ont d’autres prétentions que de tirer le maximum de ces rencontres fortuites. Ils n’ont cure de ce qu’on leur colle comme crimes. Leurs mains sont aussi blanches que leur créativité éclatante ! C’est la tête qui plonge la première dans le puits de leur lubie.

Ce sont eux qui sont au plus près du sublime dont Allâh est le plus Juste dignitaire. Et en ce sens, ils peuvent prétendre frôler Sa plus parfaite connaissance par des voies peu explorées.

Oui, la créativité élève et rend un hommage satisfait à la création.

Publicités

7 réflexions sur “Ode à la créativité.

  1. SU-BLIME masha’Allah.
    Tout à fait d’accord avec toi ma soeur. Créativité n’est pas péché, écrire n’est pas blasphème, penser n’est pas un crime !
    Ton texte est ce que j’aurai voulu crier à beaucoup de gens mais je sais qu’ils ne m’auraient pas entendue. Ceux qui croient qu’il est interdit de créer, de penser par nous-mêmes, se ferment les portes à l’art donc à voir la beauté en toute chose donc à l’esprit poétique…

    « En nos êtres temporaires, des soupçons d’eternité. »
    « Elle enivre et délivre de la petitesse de cette vie. » Magnifique !

    « La connaissance par connaturalité que l’artiste a de la beauté dans son expérience créatrice est en elle-même une démarche vers Dieu, une inclination Spirituelle dans la direction de Dieu. » J. maritain

    Aimé par 2 people

    • Et ceux qui mettent en garde contre les livres par peur d’instiller des croyances contraires à ce qu’ils pensent être vérité. Sauf que les Vérités ne se délogent pas avec quelques mots et que lorsqu’elles peuvent être considérées comme telles, elles sont un membre même du corps et on ne s’ampute pas après lecture d’un livre.

      J’ai été googlé J. Maritain car je ne connais pas mais je pense qu’il est un peu tard pour bien percuter. J’ai lu quelques passages d’un livre, je ne comprends pas tout… Je crois qu’il me manque des concepts clés de sa pensée :/ tu en sais plus sur ce qu’il entend par connaturalité ?

      Sinon, j’affectionne ce texte un peu plus fort que les autres car il retranscrit quelque chose d’intense chez moi mais à la relecture, je remarque quelques écueils. J’attends d’être sur le PC pour modifier et rassurer mon besoin de netteté.

      Merci pour ton commentaire :)

      J'aime

  2. Salam Soeurette !

    Oui, à la lecture du texte, l’intensité dont tu parles est évidente, je la ressens, & c’est pour cela que j’aime aussi particulièrement ce texte (étant une grande romantique).

    La connaturalité dont Maritain parle ici est celle qui lie la poésie & la beauté, c’est-à-dire que celles-ci « S’aiment l’une l’autre sans aucune subordination, et sans propos défini. » Donc ici, selon Maritain, la connaissance que l’artiste a de la beauté par sa connaissance de la poésie (expérience créatrice) est une démarche vers Dieu. Je sais que c’est un peu flou alors je te conseille, si ça t’intéresse, de lire « Réalisme et vérité dans la littérature: approche catholique », (Disponible en ebook gratuit). Le sujet est abordé à partir de la page 370, sous-chapitre 5 « Poésie et approche de Dieu », j’ai trouvé cela très intéressant même si je ne suis pas sûre d’avoir tout compris :)

    Justement, cet ouvrage fait partie des livres pouvant « instiller des croyances contraires » à notre foi selon certains haha. Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu as dit sur ce point, on ne choisit pas ce qu’on considère comme vérité, c’est ancré en nous, & personnellement je ne m’interdis aucune lecture, bien au contraire, c’est en confrontant nos idées avec d’autres qu’on s’en assure.

    C’est un vrai plaisir de partager avec un soeur comme toi ;)
    Dans l’attente de te lire. Wa salam.

    Aimé par 1 personne

    • Je me disais exactement pareil à ton propos ! :)
      La magie des internets, terre aussi aride que riche de par les rencontres extraordinaires qu’on y fait.

      Je n’ai pas trouvé le livre dont tu parles en ebook gratuit, mis à part sur google books mais ce n’est pas pratique :/ tu sais où je peux le trouver ?

      Aimé par 1 personne

  3. Merci :)
    Je suis nouvelle sur la blogosphère alors je suis étonnée des bonnes rencontres que j’y fait, quoique je n’ai pas encore trouvé de blog en français qui m’intéresse autant que le tien. Si, je t’assure, que c’est un vrai compliment, pas un que je lance à toutes les blogueuses haha

    Heuu en fait c’est bien sur GoogleBooks que je l’ai lu, je pensais que ça s’appelait aussi un ebook…

    Aimé par 1 personne

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s