Comment et pourquoi écrire ?


#.

Pour écrire, il faut indéniablement aimer lire.
Et mettre cet amour en pratique.

Je ne conçois pas que l’on puisse pondre un quelconque pamphlet, billet, roman, essai ou autre sans avoir ce lien d’amour avec les livres.

Je pourrais littéralement rédiger des dizaines d’articles sur ces objets faits de papier et de mots. Et je pense que tous les amoureux des livres pourraient en faire autant. Mais contentons-nous de déshabiller le mystère de cette relation unique entre l’Homme et l’arbre transformé.

Un livre permet de vivre une autre vie ou d’élargir les limites de la nôtre.

Quand un lecteur s’assied face à sa bibliothèque, il se remémore toutes les vies vécues en compagnie des personnages fictifs et trop réels à la fois. En lisant l’ouvrage d’une personne que l’on a pas connue, on se donne une chance de la fréquenter.

En découvrant ses lignes, on la fait asseoir près de nous. Transat’, hamac, lit, canapé, qu’importe ! Elle prend place et nous raconte ce qu’elle a imaginé, théorisé, ressenti ou vécu. Si l’écrit est assez fort pour nous toucher, une connexion se crée et, malgré les années qui nous séparent, on a l’impression de la connaître.

Elle devient alors une référence dans notre vie.

On pensera à Katniss quand notre estomac criera famine en période ramadanesque ou quand il faudra se porter volontaire as a tribute.

On aura l’impression d’être Emma Woodhouse (ou n’importe quel autre perso féminin austenien) lorsque notre hubby se comportera en gentleman ou qu’on se trouvera géniale après une analyse pointilleuse d’un couple en devenir.

Et on se sentira connecté au Prophète Muhammad, ‘alayhi salât wa salâm lors de l’épisode de Ta-if lorsqu’on se verra rejeté avec véhémence parce qu’on est musulman.

Tous ces faits vécus permettent d’être liés à des événements lus.

Quand on n’expérimente pas cela, on a tendance à prendre les lecteurs assidus pour des fous. Une bande d’illuminés en manque de sensations fortes. Les faits prouvent pourtant le contraire.

Non, les lecteurs adultes ne sont pas les enfants aux amis imaginaires d’hier. Ils sont ces êtres à la carrure de grands qui ont gardé contact avec leur enfance. Quelque part en eux, vit encore l’enfant à l’imagination débordante, à la liberté rafraîchissante qu’on est beaucoup à perdre une fois le pli des conventions sociales pris.

Dans de telles conditions, admirer les auteurs et vouloir les imiter est on ne peut plus logique. Tous ceux qui lisent n’écrivent pas forcément mais tous ceux qui écrivent lisent.

Tout ça est bien mignon mais comment s’y prendre ?

Le paragraphe qui va suivre donne un côté très « je viens confier les secrets de mon succès fulgurant après avoir vendu 10 millions d’exemplaires de mon roman » mais toi comme moi allons imaginer qu’on pense du bien de l’autre avant de lui coller des intentions d’orgueil et de bombage fier de poitrine.

On me demande souvent :

« Comment tu fais pour écrire ainsi ?« 

Le talent ne s’explique pas sinon il ne serait pas si rare. Pour toute demande d’autographe ou d’élévation de plafond, veuillez joindre ma secrétaire.

 tumblr_static_header

Plus sérieusement et en réalité très plate, je ne fais rien de spécial. Pour les récidivistes de l’accusation minute : Je ne dis pas cela pour me dorer l’égo et attirer les compliments mais c’est la stricte vérité. Écrire est la suite logique d’une consommation accrue de livres et d’une imagination en activité H24 (je n’ai pas encore trouvé le bouton OFF. Si tu l’as localisé, bipili).

C’est la suite logique d’un mental habitué à l’analyse et fatigué lorsqu’il doit transformer les pensées trop nombreuses en paroles peu rapides. Alors, l’écrit est le juste milieu. Il force à poser les idées sur papier, à les ordonner et il ne fatigue que rarement. Le compagnon idéal.

L’écriture te fait un câlin quand tu touches le fond, te donne un coup de boost digne d’un shoot de spiruline ou te montre que tu as encore bien du chemin à parcourir. Tu peux te retrouver dans la même pièce avec tes écrits sans poser de problème à la police religieuse. Que demande le peuple ?

L’autre ingrédient me semble être le cœur. Nul sacrifice n’est requis. Il suffit juste d’aimer ce qui émerge et d’être authentique dans ce qu’on veut transmettre.

Keep it real, disent les english.
Et c’est le projet.

Ça ne veut pas dire qu’on ne se trompe pas, qu’on vise toujours juste ou qu’une auréole de lumière nous enveloppe lorsqu’on produit un texte. Cela signifie simplement que les internets sont assez pleins de productions moyennes, peu sincères et traduisant une recherche flagrante de renarcissisme. Autant faire la différence.

Le dernier élément est le butin récolté en écrivant ce qui nous anime. Cela ne doit pas viser un dévoilement public mais l’exercice se doit d’être fait si l’envie le précède.

Quand j’écris pour publier, je choisis un ou plusieurs messages et les émotions qui y sont liées. Parce que c’est ce dont on est fait. Il faut arrêter de salir l’émotionnel et de faire croire aux gens que ressentir, c’est mal. Que les émotions sont à fuir, qu’elles inspirent la faiblesse et le manque de contrôle de soi. De les inhiber jusqu’à produire des dysfonctionnements sur le long terme. Nous ne sommes pas des chaises de salon. Et ressentir avec son cœur et son âme est une bénédiction divine vitale. C’est ce qui nous permet d’expérimenter la Foi autrement que par des mots. C’est ce qui guide notre fitra et nous fait du pied quand ça sent le roussi. La boussole en période de perdition.

Les écrits qui me parlent le plus sont ceux qui me touchent d’une manière ou d’une autre par leur authenticité. Nous œuvrons en comptant sur la récompense d’Allah et dans cette salle d’attente qu’est la vie, on demande à sentir notre âme grandir. Par chaque BA du jour ou parcelle de réforme achevée, un tsunami de fraîcheur façon mentos nous envahit. Un teaser avant l’heure. Ressentir, on y revient.

Mais en matière de littérature, il y en a pour tous les goûts. Et je ne te jugerais pas sur les tiens. Si je m’épanche, c’est pour expliquer au monde qu’une chose faite avec un cœur sincère atteint toujours son but. Qu’il s’agisse d’une zakât, une du’â sincère parmi le flots de paroles robotique ou encore cette réplique refrénée quand ne pas heurter l’autre nous est plus cher que donner une croquette à notre égo. Oui, la sincérité sur la voie d’al-Ihsan vaincra, moussaillon !

À côté de cela, on peut écrire pour se donner un genre, incarner un ascète 2.0 ou encore une pieuse en plastique. Les possibilités sont légion. Et même en déguisant ses intentions, on apprend de ces écrits là. Ou pas du tout.

Je sais qu’on est beaucoup à investir le mental en l’arrosant de pensées aussi volages qu’éphémères. Que chez mes acolytes femmes, un Spielberg mahramique est de sortie à chaque fugue de husnu dhân, ce bon soupçon si peu docile. L’écrit devient alors un outil puissant de mise à plat de cette ébullition. Il nous oblige à ordonner nos ressentis, idées noires ou coup de génie. Il émerge à chaud ou à froid. On y revient quelques jours, semaines, mois plus tard ou il reste inchangé.

Pas besoin de talent ou d’imagination pour s’y mettre. Si tu as des neurones actifs et de quoi écrire, si tu as des choses intéressantes à dire au monde, ne tape pas dans tes mains mais lance-toi !

Saadia.

Publicités

3 réflexions sur “Comment et pourquoi écrire ?

  1. Salam a3leyki Saadia,
    Je suis contente de faire ta connaissance ma soeur.
    Je profite de cet article pour m’extasier devant ta façon d’écrire & te féliciter pour ce blog qui fait du bien à mon âme comme à d’autres, assurément.
    Une musulmane qui réfléchit, qui RESSENT, qui vit ses émotions, c’est magnifique masha’Allah. Je suis d’accord avec la plupart de tes mots, ils me touchent car j’aime les mots & tu formules souvent ce que je pense sans parvenir à le dire. Je préfère également écrire.
    « un mental habitué à l’analyse et fatigué lorsqu’il doit transformer les pensées trop nombreuses en paroles peu rapides »
    SO TRUE! Pourquoi passe-t-on pour un être insociable quand on n’aime pas parler? Haha bon c’est sûrement vrai.
    & j’ajouterai qu’un bon livre est tellement plus facile à lire pour nous que de regarder un film. Les films m’ennuient souvent car ils m’imposent leurs images alors mon imagination n’est plus active & cela m’est presque insupportable haha suis-je la seule???
    Tandis qu’à la lecture d’un livre, notre imagination est constamment en éveil, & que exaltation pour ceux qui aiment lire.
    Bref, je m’égare, merci encore pour tes écrits, continue à partager avec nous insha’Allah.
    Salam

    Aimé par 1 personne

  2. Wa’aleyki salâm So !

    Enchantée, également et merci pour tes nombreux commentaires ! :D
    C’est une chose d’écrire et je le fais avec passion, j’aime tout particulièrement recevoir des retours, ça me permet d’explorer les ressentis en échos.

    J’aime parler… Mais pas avec tout le monde. That’s the pwoblem :D

    Pour les films et séries, je suis très sélective. Ce sont des expériences différentes mais j’apprécie les deux formes. Tu peux plus laisser vagabonder ton esprit d’analyse devant un film que ton imagination, même si tu imagines (même malgré toi) les innombrables dénouements de l’histoire. Je peux t’en suggérer si cela te dit.

    Au plaisir d’échanger à nouveau !

    J'aime

  3. Très bonne idée ma soeur, je veux bien des suggestions de films!
    Moi aussi j’aime parler avec certaines personnes, mais plus par écrit hahah bon j’exagère, on croirait lire une ermite vivant dans la forêt! J’aime les gens & j’aime partager avec eux, mais pas tout le temps, il me faut plus de temps seule (enfin avec mon mari & mon bébé) que de temps en communauté. Voilà.
    Ps: ne me remercie pas pour mes commentaires, tes billets appellent vraiment à la réflexion & on ne peut s’empêcher de donner son opinion. C’est un plaisir de partager avec toi ;)
    Wa salam.

    J'aime

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s