Syndrome prémenstruel.


#.

Un syndrome est un ensemble de symptômes liés à une pathologie. Prémenstruel désigne la deuxième partie de ton cycle menstruel (si tu es une femelle, bien entendu). Soit la période avant tes menstrues. Soit la joie d’un homicide plus que volontaire. Soit autant d’ascenseurs émotionnels que 24 heures comportent de secondes.

Tu connaissais le syndrome de Stockholm et son opposé, celui de Lima mais tu as rarement été otage ou ravisseur (même si t’aimerais, parfois). Par contre, le syndrome prémenstruel te rend visite une fois par mois. Quelque part, il pourrait être considéré comme un agresseur.

Selon certaines études, 70% des femmes en seraient victimes. Oui, victimes. Ça te prend d’assaut, par derrière, en juif. T’as ni eu le temps de le voir venir, ni de lui indiquer la porte. Tes hormones font le moonwalk sur un air acapella. Tu es irritable et irrité, blasée comme jamais. Ton ventre est ballonné comme si tu avais englouti une baleine. Ta poitrine te fait mal et tu te demandes à quand l’explosion, post-implosion. Tu viens de t’extirper d’une nuit de 9 heures et tu as déjà hâte de retrouver ton lit. Bref, tu vis un rêve éveillé.

Nous, membres de la gente féminine et joyeuses propriétaires d’un utérus fonctionnel, passons par plusieurs étapes. Laissez-moi vous dévoiler le contenu de nos syndromes de belles gosses hormonales :

• Devenir une mangeuse émotionnelle pendant quelques jours.

Ta new way of life de fille bien et bio ne compte plus. Tu as faaaaaaaaaaaim ! Il te faut du sucre et en grande quantité. Tu passes sur tout ce que tu peux faire trépasser. Le bien et le mal discutaillent en toi, enfumeuse professionnelle que tu es :

– Fais gaffe, ça va se caser sur tes hanches. C’est plein de sucre chiite. C’est maaaaaal.
– Oui, et ? Je ne veux pas devenir une mannequin cadavérique, dit-elle avec déjà 8 kilos de trop.
C’est joli les rondeurs. J’aime les rondeurs. Et les rondeurs aiment les muffins. Donc j’aime les muffins. CQFD.

Tu acceptes d’accueillir dans ton estomac toutes sortes de choses pour lesquelles tu aurais habituellement dit :

« Hummm, non. Je n’aime pas tellement la génoise imbibée, elle donne trop d’humidité à la matière. Le croquant est totalement mis à l’écart, c’est navrant. Et que dire des noix concassées ! Totalement passées sous la trappe !« 

Mais là, t’es limitée au stade : ça se mange ?

• Les larmes.

Ta vie est un chaos. Tu as une montagne de choses à faire et t’es là à remplir ton panier kusmi tea alors que ton compte en banque crie famine. Tes amies ne servent à rien. Personne ne te comprend. Tu voudrais juste que quelqu’un soit là, en silence, à te caresser les cheveux par compassion empathique. Mais y a personne. Tu tentes une approche avec ton chat, affalé sur ton lit mais ta vie l’importe peu. Devant cette scène d’abandon universel, tu chiales. Tu déshydrates ton corps tellement il y a de la peine dans ton cœur.

Parfois, tu ris aussi. Une vrai Castafiore de la joie. Et puis tu chiales. Et puis tu ris. Tu es prise dans un tourbillon d’émocheune sans que personne –toi y compris– n’y saisisse rien.

• L’irritation suprême à la moindre réplique :

Absolument tout te saoule. La vie, les gens, cette coccinelle qui gambade sur ton gazon comme si la vie n’était qu’une partie de plaisir. Comme si le monde entier n’avait que faire de la dépression expresse que tu vis en ce moment même. Tu as des envies d’homicides en masse. Tu checkes même le prix des bâches en plastique de Dexter.

La moindre conversation peut être le déclencheur de tornades sociales. Exemple :

Ambiance joviale on.

– Moi le dimanche, j’aime rien faire, faut pas me parler.

Ambiance joviale off.
Oui, déjà.

– Ah parce que je te soule c’est ça ?
(Je suis le centre du monde, tu ne le savais pas ?)

– Qu’est-ce que tu racontes, je ne parle pas de toi.
(Là, le mâle ne comprend pas ce qu’il se passe)

– Ben si vu que je te parle là, dis tout de suite que je suis profondément débile.
(Effet boule de neige en plein mois d’août)

– T’es d’humeur à ce qu’on se prenne la tête, c’est ça ?
(ça chauffe…)

– Bah voyons, facile de faire la victime ! Parce que Môôôsieur ne doit pas être dérangé le dimanche, on arrête de respirer aussi ? On plie bagage, on te laisse le pays ? Non mais c’est dingue ça ! Comme si le dimanche tournait autour de toi, et moi alors ? Je ne vaux rien ? Ah bah merci, ça fait plaisir ! Et dire que blah blah blah !
(Elle est lancée, c’est mort pour qu’elle se taise à présent.)

– Mais t’es complètement folle !
(Grave erreur de la part du mâle)

Suite censurée.

Ce n’était qu’un micro exemple de situations dans l’océan d’exemples possibles et imaginables. On peut également citer ce filtre social qui saute et fait montrer la lumière à toutes ces méchancetés que tu retenais depuis au moins 20 jours. Qui a dit que tu n’étais pas poétesse à tes heures perdues ?

funny-picture-woman-mind-browser-tabs

• Faire le point sur sa vie.

Et se trouver nulle. Inutile. Moche. Grosse. Trop ci. Pas assez ça. C’est simple, absolument TOUS tes défauts, TOUTES tes imperfections remontent à la surface pour te susurrer à l’oreille :

« Hey you ! Nous n’étions pas portées disparues, nous attendions le moment le plus critique pour venir te dire à quel point nous sommes incrustées. Comme tes points noirs. Ta cellulite. Ta moustache. Tes ongles incarnés. Et ton talent en cavale. Cordialement. »

Ô monde cruel ! Pourquoi l’amour ? Pourquoi la haine ?
Pourquoi les donuts sont meilleurs que le chou fleurs vapeur ?

• Avoir de bonnes raisons de devenir hypocondriaque.

S’il fallait lister tes problèmes physiques momentanés, on parlerait de :

– Anxiété ou nervosité

– Colère et irritabilité

– Tristesse et pleurs

– Grosse chasse non pas au trésor mais à la nourriture

– Problèmes de concentration

– Fatigue et troubles du sommeil

– Poitrine douloureuse

– Maux de tête, courbatures

– Constipation (Quoi, le glamour ? Je connais pas…)

• Mais le SPM est d’abord un style, qu’on ne retrouve pas dans la collection été de Dior.

Tu te transformes en Indiana Jones, option pantoufles. Sans les aventures et la fougue de justicier.

Cloitrée dans ta chambre depuis plusieurs jours. Après avoir une fois encore pratiqué le binge-watching. En pyjama Adventure Time, les cheveux en bun, le visage censuré au public, devant des cacahuètes salées, tu te dis : « Et si j’allais faire du VTT? Non ! Peindre et décorer ma chambre ? Faire des synthèses de mes cours ? Écrire un livre ? Du saut en parachute ? Du SURF ! Finir tout ce que j’ai commencé dans ma vie ? »

Et tu mets fin à cette montagne de projets en te disant que c’est la dernière cacahuète. L’aventure, la vraie. En HD.

*

Parfois, il arrive également que ces symptômes se manifestent hors période de félicité. Et ça mes chers frères, ce n’est qu’autant de bonus que notre générosité comporte d’hectares. Alors bon appétit.

Personnellement, même si je gagne en grade au fil des ans, je n’ai pas trouvé de remède à ces petits visiteurs mensuels. Parfois, je me tempère et d’autres fois, je laisse les choses se faire, en innocente professionnelle que je suis. Et toi, quels sont tes trucs et astuces profanes et religieux pour te tempérer le temps d’un tsunami à la fraise ?

S.

Publicités

6 réflexions sur “Syndrome prémenstruel.

  1. Ah ma jolie! Merci pour le fou-rire (et oui comme tu vois, je viens de sortir de ma PM!)
    Mais elle s’ est réduite depuis quelques mois en éliminant le sucre chiite de mon alimentation!
    Sérieux, de 7 jours elles sontpassées à 4!!
    Mais depuis j’ai des cycles de 26 jours…
    Sinon l’autre solution que j’ai testé et approuvé par 3 fois ça a ete d’être enceinte. Tranquille pendant 9 mois à chaque fois (mais t’en prends pour ta pomme après pendant 40 jours environ!)

    T’as oublié un truc qui aide pas à avoir de meilleures dispositions : ne pas prier joue sur le moral sérieux. …

    J'aime

  2. Ahlalala, tu m’as égayé la journée avec ton texte !
    Moi j’suis plus celle qui mange, mange, mange, mange, surtout la dernière cacahuète, c’était TOUT à fait MOI ! :p
    Le bide qui grossit tout seul aussi , alors qu’il est suffisament gras comme ça !

    J’ai lu beaucoup de tes articles, sans forcément commenter et je tiens à féliciter ta plume sublimement drôle, piquante et géniale :)

    J’ai découvert ton blog il y a peu, et je prends énormément de plaisir à te lire en tout cas : )

    Adiiiiiiiiiiiiiiiiios ;)

    J'aime

    • Merciiiiiiiiiii l’amie ! : D
      Je prends énormément de plaisir à écrire donc nous sommes deux !

      Pour l’aspirateur de nourriture, je crois qu’on est toutes coupables… Malgré nous! (ouais, jouons les victimes, ça marche à chaque fois !)

      J'aime

  3. Mais quoi ?! Je vois que j’ai pas commenté ce merveilleux article ?
    Allons-y :3
    J’adooooooooooore. C’est tellement ça !!! Par contre, je vais sans doute choqué tout le monde, mais moi je mange pas plus haha. Limite moins les premiers jours j’ai l’appétit coupé ! :p

    Aimé par 1 personne

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s