Journal d’une future-ex-glandeuse : « T’as pas faim ? »


#.

On en parle partout, on a fait du coupé décalé concernant le choix de la date, on s’active à droite, à gauche pour faire le plein de nitro digestive comme si on allait migrer en Éthiopie durant un mois, ladies & gentlemen, I’m talking about the awesome month of the calendrier lunaire, j’appelle à la barre : Ramadan !

Chaque année, à cette même période, je me fais un plan de fou pour être ce qu’on appelle une musulmane en béton armé (en plus d’être merveilleuse à plein temps).

Évidemment, je suis ce qu’on fait de mieux dans le domaine quand il s’agit de fermer les yeux sur le moyennisme ambiant dans lequel j’ai baigné toute l’année durant :

« Quoi, tu n’as pas lu ta portion quotidienne de Coran pendant 11 mois ? Take it easy la famille, pour sûr que tu arriveras à enchaîner tout en souplesse les 604 pages en prenant soin de lire la partie arabe sans perdre une miette de la traduction ! »

« Quoi, tu n’as pas été parmi les VIP, debout face à l’Unique quand le sommeil faisait loi ? No soucay la sis’, la 30aine de séances de taraweeh sont à toi en moonwalk ! »

Alors, je m’imagine avoir fini de lire Sa parole endéans le mois, n’avoir raté aucune prières nocturnes, m’être rendue sourde, muette et aveugle face à l’éventuelle fatigue et procrastination, et enfin : avoir fait le plein de capital spirituel.

Et le contexte ne m’aide personnellement pas à relativiser : Nous sommes bombardé de tous bords par tous ces programmes ‘spécial ramadan du compagnon que tu n’es pas‘, des vidéos qui nous mettent la pression, des events qui nous rappellent qu’on est plus que loin et tout un tas d’autres choses qui te poussent à la défenestration un soir de pleine lune…

Pourtant, je ne suis pas spécialement sensible à la pression… Sauf quand elle vient de moi. C’est ainsi que chaque année, je m’essouffle en cours de route… Et je m’auto fait pitié.

J’ai donc décidé de changer de tactique, d’éviter l’excès de vitesse alors que je n’ai pas mon permis mais surtout de regarder ma réalité en face : non, tu n’es pas celle dont tu rêves.

Au menu :

* Pour le côté spirituel, des objectifs simples seront le maître mot. Exit les milliards d’actes surérogatoires alors que l’obligatoire est bancal.

* Pour mon statut de future wonderwoman insha’a Llâh, une prise en charge journalière des différentes tâches dites « dunyesques« .

* Et enfin, pour assurer le tout, une préparation mentale à une baisse d’heures de sommeil et une augmentation du rythme d’activités.

Tu l’auras compris, j’ai opté pour la course de fond plutôt que le sprint qui déglingue 3 rounds avant l’arrivée. On m’a souvent dit que le mois de Ramadan est une école de laquelle Allâh ouvre les portes durant un temps pour nous permettre de mettre en place les mécanismes du changement :

Se maîtriser, s’éduquer, se priver pour autrui, se purifier de nos vices et travers, apprendre à garder le silence quand il le faut, à prendre la parole quand c’est important, poncer ses contours et enfin avoir l’humilité de demander pardon à Allâh et à Ses Hommes.

Sur ce, sistas & sistos, je vous souhaite un joyeux ramadan ! « Merci, ça fait plaisir !« 

Et pour conserver les classiques : Ramadhâne Moubarak :)

Peace.

S.

Publicités

2 réflexions sur “Journal d’une future-ex-glandeuse : « T’as pas faim ? »

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s