Journal d’une future-ex-glandeuse. – Part one.


#.

Journal : nom masculin. Sens 1 : Publication périodique. Sens 2 : Informations diffusées par la radio ou la télévision. Sens 3 : Cahier dans lequel on inscrit ce qui se passe au jour le jour. Sens 4 : Registre.

Le dernier sens aurait été barbant. Le troisième un peu trop « Me taper l’affiche ? Mon combat pour la vie !« . Le deuxième est trop classique et le premier, pas assez ‘swagé’.

 »Mais de quoi ça s’agit ? », scande le public.

Calme-toi jeune lecteur-rice. « Une future-ex-glandeuse« , concept boule de cristal, je vous l’accorde mon cher Watson.

Parlons peu, parlons bien.

La procrastination c’est celle avec qui j’ai la relation CDI qui dure depuis ‘le plus longtemps du monde’, elle est le genre à avoir une apparence magnifique et un charme de fou. Et pour preuve, beaucoup ont succombé et je n’ai pas fais exception, malheureusement. Avec elle, le temps est comme le plus parfait des traits d’eyeliner de toute ‘make-up guru’ : figé et droit avec cette petite courbe au bout qui nous fait croire qu’à n’importe quel moment, on pourra rebondir.

Mais elle est (comme beaucoup du genre féminin) un peu vicieuse. Elle nous fait croire que ce dossier de 50 pages à remettre dans 3 jours n’est pas si méchant que ça, qu’il faudra juste carburer la veille pour le boucler en beauté… Jusqu’à J-8h où on voit toute sa vie défiler, où le café ne fait plus d’effet, où on se dit qu’une petite défenestration est plus douce que de subir cette saisie instantanée de neurones si horrible.

Bien sûr, je l’ai parfois quittée, un court laps de temps certes mais je l’ai quittée, avec ce désir de lui cracher toute ma haine et frustration au visage. Beaucoup pourront en témoigner, je ne suis pas du genre vulgaire mais c’est une des rares pour qui je pourrais me permettre, avec joie et volupté, de faire prendre l’air à tout mon registre prévu à cet effet. Mais comme dirait l’autre, c’est un peu « le cancer après la chimio » :

Quand on pense qu’on en a fini définitivement, ça revient par derrière.

Il y a eu des joyeux épisodes, on a eu des moments à nous, où je chantais ma joie d’enfant de 5 ans sans l’once d’une responsabilité, où je me disais que la vie était cool après avoir vu deux saisons de ce drama si délicieux en deux jours chronos parce que je suis une comme ça.

Mais quand on veut faire quelque chose de sa vie (avec option « bien et plus si affinités ») on n’a pas trop le choix : soit on vit la déprime (et le suicide pas loin) de se dire « mais PU-NAI-SE-EUH, pourquouuuuuuaaaaaahhh je ne m’y suis pas prise y a trois semaines ?! WHY, EUH ? », soit on prend les choses en mains… Et vu le parpaing que j’écris et que tu lis (avec tout le plaisir du monde parce que c’est trop un truc de ouf), j’ai effleuré l’espoir d’opter pour la réponse B.

Quand je m’entends parler de mes projets de vie, de celle que j’aimerais être (et devenir), j’me dis « Wouuaaaw, mais comment tu claques ma fille ! Y a moyen de trainer avec toi ?! », je me dis que je suis le genre de meuf qu’on peut pas test…

Et puis… Quand je fais le point, je me dis que j’ai super bien appris à m’auto-enfumer et que j’aurais pu facilement percer dans le domaine de la comédie !

J’ai pas lu 300 livres sur le sujet, j’ai pas suivi 15 formations à 800€ pièce, j’ai juste décidé d’arrêter de perdre le temps qui m’est compté. Et comme j’ai choisi un mode de vie et une spiritualité qui ne laisse pas de place à la passivité et au mode «coach potatoe», ben j’ai encore moins d’excuses.

Je rejoindrais les gens prétendument expérimentés si je disais «La force sommeille en nous, il suffit de réveiller notre potentiel endormi ! En avant, mes frères et sœurs !»… mais la vérité c’est que… C’est exactement ça !!

Notre mental est soit une force, soit LA source numéro un de faiblesse. Et avec quoi le nourrit-on ? Avec nos pensées of course ! Et qui dit pensées négatives dit mollesse par excellence et dépression par voie de conséquence.

Là, c’est le moment où t’aimerais en savoir davantage mais en plus d’être une « future-ex-glandeuse » in shâ’a LLâh, j’aime bien le suspense alors suspensons !

Peace.

S.

Publicités

6 réflexions sur “Journal d’une future-ex-glandeuse. – Part one.

  1. Salam ‘alaikoum lol ! C’est un YAM que tu nous fais sister S.?

    Je te fais des bises et te remercie pour ton texto l’autre jour ça m’a fortement touchée Allahi jaziki! … si tu veux savoir je me suis à peine poser y a quelques heures … J’espère te voir bientôt inchAllah
    Prends soin de toi ! Peace!

    J'aime

    • wa ‘aleykoum as-salâm wa rahmatuLLâh !

      What’s a YAM ? :D

      Ameen, wa anti min ahl al-jazâ ! Bientôt la période des tulipes ? in shâ’a LLâh, j’espère aussi, ça fait trop trop longtemps !

      Qu’Allâh te préserve super mama ! ♥

      J'aime

  2. LOL Salam ‘alaikoum!

    YAM c’est Y’en A Marre (si si Wallahy lol!)

    Ahhh les tulipes comme j’aime ces fleurettes!
    Amine wa iyeki!

    Je suis libre les mecredis matin (sauf celui ci (pour le moment)) lol …

    Big bises!

    J'aime

  3. Salam alikoum!
    J’te connais pas, tu m’connais pas (du moins pour l’instant!) mais j’aime beaucoup ce que tu écris et la façon dont tu le fais!
    (merci « Imanemagazine »)
    Hâte de te lire!

    J'aime

  4. Pingback: Défi Lecture 2013 : Quand l’injonction « Iqrâ  devient une norme. « one way to ihsân.

Des choses à dire ? BismiLlâh !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s